P4120029

Il est froid l'air qui rentre dans la carrière , je souffle sur mes mains ,un beau nuage blanc  disparaît aspiré dans la rue de service..... je suis là fidèle près de la porte , j'ouvre , je ferme...je rêve..

Tantôt il arrive du fond , tantôt de dehors , il ne doit pas perdre de temps , ne doit pas ralentir au passage de la porte ..

Devant moi il passe , dans un vacarme il amene le mélange des odeurs , le moteur fatigué sentant l huile chaude traîne derrière lui le  fumier à point pour être rentrer..

Je regarde passer le vieux Renault en espérant un jour  monter dessus , de foncer dans la nuit ....qu' un autre ouvre et ferme la porte à ma place..

Parfois il klaxonne , alors je me dépêche, j 'accroche une porte puis je tiens l'autre en restant bien sur le coté..je referme vite empêchant l air glacé de rentrer..

Dehors il y a mon père sur le chargeur , le "plancher" doit être rapidement rentré, le chauffeur ne doit pas perdre de temps .. l'air froid ne doit pas rentrer..

Mais le petit homme fatigue et s' évade , dans sa petite tête il s'invente une histoire ..il doit fuir , une seule issue ? escalader l'éboulis ...

--Encore une fois il passe devant moi..je regarde 'Joel' passé sur le tracteur, je le salue  d'un signe de main..il fonce...je referme la porte..Tout droit  il y a mon père  sur la "forme" j 'ai trop peur..

Alors j'escalade , les pierres tombent vers le bas..je suis presque en haut , je récupère un peu , je pense à après, la colère du Pater.. en bas le tracteur hurle à tuer le klaxon..les portes ne s'ouvrent plus ...le petit homme est libre ....

Je fonce sur le sentier de Rousseloy vers la maison de mon arriere grand mére, j entends encore mon pére dire..

_Tu te dépêche d'ouvrir et fermer la porte..et tu restes bien sur le coté.

_Oui P'pa

Comme la saison était froide, le petit homme ouvrait et fermait les portes pour éviter au conducteur du tracteur "Joel leroux"   de descendre ,et de perdre du temps. Il ralentissait aussi l'entrée de l'air froid dans la carriere .Sur la forme il y avait le plancher qui était bon à amener en cave ,pour être ensuite monté en meules..Le "pére" conduisait le chargeur à fourches..Le petit homme décida de quitter son "poste "pour rejoindre la maison de son arriere grand mére ou était sa mére...Rousseloy mon enfance en tête...